La Nullarbor Road … tout un programme

Les détails de cette étape

Nombre de Kilomètres : 2 100 Km

Temps : 4 jours de route et visite

Album photos : (Très prochainement)

.

Nous vous avons laissé à Port Augusta il y a une semaine.

Nous avons donc commencé par visiter la Péninsule d’Eyre avec une première étape à Port Lincoln. La côte Est de la péninsule est clairsemée de petits villages miniers ou de pêcheurs, dont l’un est spécialisé dans l’extraction de Jade. Quant à Port Lincoln, cette ville de 10 000 habitants, est connue pour la pêche au thon. Une vraie spécialité locale. Autre particularité de cette ville, c’est la seule commune australienne à proposer de plonger en cage au milieu des grands requins blancs que l’on appâte en lançant du thon dans l’eau. Il faut avouer que Tony avait bien envie de plonger mais le coût est exorbitant puisqu’il faut compter $ 500 pour une journée avec 45 mn de plongée ou $ 3 000 pour une expédition de 4 jours et 3 nuits. On a également profité de cette étape pour faire une révision de Roos avant d’entamer la longue route désertique vers l’ouest.

Nous avons également visité le Lincoln National Park où nous avons croisé des émeus avec leurs bébés et des kangourous durant la nuit puisque nous avons dormi dans le parc. Il est en partie réservé aux 4×4 mais nous avons tout de même pu en visiter une bonne part et ainsi voir de superbes paysages le long de la côte.

Révision faite, nous avons donc repris la route direction la côte Ouest de la péninsule où nous avons visité un autre parc national, celui de Coffin Bay. C’est une mer bleue turquoise que nous avons pu admirer et des vagues venant s’écraser sur les falaises où arrive directement le bush.

Suite à cela, c’est la route de Ceduna que nous avons prise en longeant la côte Ouest. Ceduna, qui signifie en aborigène la ville où l’on se repose, est la dernière ville avant d’entrer sur l’Eyre Highway (appelée aussi Nullarbor road du fait qu’elle traverse le plaine du Nullarbor).

Cette célèbre route est longue de plus de 1 600 Km et relie Ceduna à l’Est, jusqu’à Norseman à l’Ouest. Elle tient ses origines du chemin suivi par les chercheurs d’or pendant la ruée, en longeant la ligne télégraphique. Elle représente aujourd’hui un défi pour beaucoup de personnes. Ainsi, il n’est pas rare de croiser des personnes seules ou des groupes reliant Perth à Adélaide pour une cause solidaire ou pour se prouver qu’ils sont encore capables de se surpasser. Nous avons donc vu plusieurs cyclistes, des cyclomoteurs, des motards qui faisaient ça dans le but de collecter des fonds pour les enfants atteints du cancer… Cette route est si difficile qu’il est conseillé à toutes personnes l’empruntant (quelque soit son moyen de transport) de prévoir plusieurs jours pour la traverser, mais également des stocks d’eau et de nourriture, d’essence et des pièces détachées de rechange pour le véhicule.

La Nullarbor Road est également l’endroit où se trouve la plus longue ligne droite d’Australie (146,6Km) et le plus long golf du monde puisqu’il s’étend sur 1 800 Km (de Ceduna à Kalgoorlie ). Il y a un trou à chacune des roadhouses (étape où l’on trouve de l’essence et des vivres) et d’autres son répartis jusqu’à Kalgoorlie.

Pour notre part c’est donc de l’est vers l’ouest que nous avons emprunté cette route. Et nous avons compris pourquoi c’est un passage obligatoire pour tout traveller en Australie. Les paysages y sont superbes. Tantôt du bush avec des arbres dignes de paysages de savane, tantôt une plaine désertique sans aucun arbre (il s’agit de la plaine du Nullarbor, Nullarbor = sans arbre), tantôt un paysage où le bush vient jusqu’en bordure de côte et où il se mélange avec les eaux azur et turquoises. Autrement dit, il s’agit de 1 600 Km où l’on en a plein les yeux.

A mi-chemin de cette highway, nous avons passé la frontière South Australia / Western Australia. Il faut savoir que le Western australia est l’état le plus rigoureux et le plus regardant sur ce que l’on peut importer depuis les autres états. Il y a donc une frontière physique où des douaniers vous demandent ce que vous avez dans votre véhicule. Nous concernant, nous avons eu le droit à une fouille partielle (heureusement) du van et la douanière nous a pris le miel et une banane (que Tony s’est empressé de manger pour ne pas lui laisser).

Mais pour nous, le défi a été tout autre suite à cette fouille. En effet, quelques kilomètres après avoir passé la frontière, notre cher Roos a décidé de faire des siennes. Il y avait pas mal de vent et 1 mois auparavant nous avions reçu un caillou dans le pare-brise (dans la partie noire superieure droite). C’est donc au milieu de nulle part, que le pare brise a décidé de se fissurer en deux, en plein dans le champ de vision de Tony. Et il faut avouer que c’est relativement gênant. Nous avons donc essayé de limiter les dégâts en mettant du scotch marron dessus, ce qui compliquait d’autant plus pour conduire. Mais nous avons tout de même réussi à faire les 1  000 Km restant jusqu’à Esperance sans encombre.

Résultat, c’est lundi que Roos disposera d’un nouveau pare-brise (tout neuf pour le prochain propriétaire). En attendant, nous allons passé notre week-end à Esperance.

A bientôt pour nos impressions sur cette ville qui semble être un lieu de rêve avec ses plages de sable blanc.

Category: Journal, L'histoire
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.
Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>