Regard sur une année d’exception

L’Australie, ce vaste pays-continent de l’autre bout du monde m’a toujours fasciné. Je me demandais étant petit, si un jour je pourrai visiter ce pays qui parait inatteignable. Je n’aurai jamais imaginé que cela arriverait si vite et encore moins que ça serai un tournant dans ma vie.

Partir 14 mois à l’étranger n’est pas évident car il faut tout laisser du jour au lendemain pour construire une nouvelle vie dans un environnement totalement étranger. En effet, il n’y a pas que la langue qui est différente puisque les coutumes et le mode de vie de façon plus général changent réellement. Ainsi, en découvrant le pays d’Oz, j’ai découvert un pays dont la vie est calée sur le rythme du soleil. Les gens se lèvent donc plus tôt que nous en France mais à 17h tout ferme car vers 18/ 19h (selon les saisons) il fait nuit. J’ai également constaté que la « vie internationale » est à l’heure de l’hémisphère nord. Le sud doit donc s’adapter. Par exemple, au moment des jeux olympiques d’hiver de Vancouver en 2010, nous nous trouvions à Coral Bay en été où il faisait  40°. Il est donc amusant de voir comment se préparent ces athlètes de l’autre hémisphère pour palier la différence.

Autant de choses qui montrent un manque d’harmonie. La raison ? Chacun aura sa version. La plus neutre pouvant être que la majorité de la population mondiale est située au nord. Une autre pouvant être que le système est lié à la localisation dans l’hémisphère nord des plus grandes puissances.

Pour revenir à notre aventure, il est vrai que c’était géant et que l’ouverture d’esprit est au rendez-vous.

Au départ, on a beau quitter la maison, puis les parents et enfin la France, on ne réalise pas totalement ce que l’on est en train de faire. C’est seulement à l’arrivée lorsque l’on passe la porte de l’aéroport Australien, que l’on pose nos valises et que l’on ne voit personne pour venir nous chercher que l’on prend conscience de l’aventure qui commence. Avec une question que nous nous sommes posée à ce moment précis : « On y est ! Et maintenant on fait quoi ? ».

Après notre arrivée nous avons eu besoin de prendre de nouveaux repères dans notre nouvelle vie et de se familiariser avec l’anglais. Bien que mon niveau anglais pouvait être acceptable il faut prendre conscience qu’un niveau d’anglais scolaire est très différent de la pratique de l’anglais au quotidien. Pour cela, rien de mieux que de s’immerger dès le départ avec ce système génial qu’est le WWOOFING (ou HelpX). Les expériences que nous avons eu dans ce domaine n’ont fait que conforter mon point de vue initial à savoir que, partir 1 mois ou 2 dans une ferme pour travailler en échange du gîte et du couvert reste la meilleure solution pour commencer. On peut ainsi avoir une première approche de la culture australienne mais également et surtout cela permet de se familiariser avec l’anglais et l’accent. Nous concernant, nous avons eu la chance de trouver des familles géniales que sont celle de Lin et celle de Sharron, avec un accueil toujours très chaleureux (encore un grand merci à vous).

Puis le retour à la ville et c’est à ce moment là que l’on a perdu du temps. Nous n’aurions pas dû nous acharner à chercher un travail en ville. En effet, contrairement à tout ce que l’on peut lire sur internet ou voir dans les reportages, il n’est pas si évident de trouver un travail en ville. Il faut compter un délai minimum de 2 ou 3 semaines. Mais bon ne connaissant pas la vie locale nous avons perdu 2 mois qui auraient pu nous  être d’une plus grande utilité ailleurs.

Pour ce qui est de la suite et notamment du roadtrip en tant que tel, je pense que c’est la partie sur laquelle nous nous sommes le mieux débrouillé. Au départ nous n’avions qu’une vague idée de la route que nous allions prendre et il se trouve que nous avons changé le tracé du roadtrip au moins 3 fois. Restant réactif à la situation du moment.

Nous avons eu de merveilleux moments avec des paysages et découvertes sensationnels. Pour ma part, les moments forts et magiques de ce voyage ont été notamment ; la plongée avec ses merveilleuses raies Mantas qui ont une nage totalement envoutante, la découverte de ces grands espaces où la seule loi est celle de la nature et notamment dans le centre rouge (l’Uluru), la découverte de la barrière de corail qui est une immensité féérique de par ses couleurs, sa faune et sa flore mais qui reste malheureusement des plus fragiles. Autant de choses envoutantes qui donnent une dimension autre au voyage mais aussi à notre perception des choses.

Il est vrai que j’ai pris totalement goût à cette vie, où le petit confort de vie laisse place au confort de l’environnement dans lequel on évolue au quotidien. Se voir parcourir plus de 650Km tous les jours dans des zones désertiques, où l’on ne voit que bush, animaux (kangourous, émeus, dingo, Koalas, possums, wombat, …) et autre ligne droite à perte de vue permet de se couper du monde et de prendre conscience que l’on reste un grain de sable parmi tant d’autre. La nature est forte et lorsque l’on dort seul dans un environnement aussi sauvage, où la vie diurne laisse place au coucher du soleil à une importante vie nocturne pour les animaux, cela reste assez intimidant par moments.

Comme toujours, je pense que c’est dans les moments les plus difficiles que nous nous sommes le plus enrichis. Avec nos ennuis (casse moteur, pannes diverses, et autre cambriolage) et contraintes (des finances fébriles, des repas à base de pâtes ou de riz tous les jours) l’ambiance n’était pas forcément toujours à la fête, de ce fait nous avons eu plusieurs moments de remise en cause mais à chaque fois nous avons réussi à nous remonter le moral et reprendre la route dans le but de terminer ce que nous avions commencé.

Cette année, a été une seconde vie qui s’est faite au contact de la nature. Ce mode de vie est incomparable à notre vie habituelle en France mais il n’empêche que c’est  une année sensationnelle et qui nous permet très clairement d’avoir l’esprit encore plus ouvert à notre retour. J’avoue qu’il y a encore quelques années, je n’aurai jamais imaginé être capable de faire une telle aventure. Mais j’ai renforcé mon idée que c’est en ce bousculant un peu comme je l’ai fait, en cherchant toujours à ce dépassé, que l’on arrive à faire de grandes choses. Avec les emails et les retours de nos proches tout au long de l’année, j’ai constaté que nous avons fait voyager beaucoup d’entre vous et donné envie à d’autres. Ilest très difficile de tout lâcher comme ça et de partir. Mais à notre âge, à la fin des études, je pense que c’est le moment le plus propice. Et si certaines personnes sont encore hésitantes, par peur de l’inconnu (ce qui se comprend) je ne dirais, qu’une chose, « Vas-y fonce tu ne le regretteras pas ! »  il y aura des moments difficiles mais rien de bien grave et ça fait partie du jeu mais dans tous les cas, l’enrichissement personnel et l’ouverture d’esprit est au rendez-vous.

Pour finir, je suis vraiment heureux que nous vous ayons fait voyager durant cette année, merci d’avoir été aussi nombreux à suivre cette aventure (jusqu’à 7000 personnes par mois) mais malheureusement nous ne continuerons pas cette année puisque nous sommes de retour en France et qu’à présent nous cherchons un travail dans nos activités respectives pour débuter une nouvelle vie mixant celle de départ avec notre nouveau regard sur le quotidien et l’avenir.

Tony

Category: Journal, L'histoire
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
2 Responses
  1. Louise dit :

    Merci pour ton récit rapide, je viens tout juste de découvrir votre blog et j’ai hate d’en lire plus suite à la lecture de votre résumé.
    J’ai ce matin acheté mon billet, départ le 26 juin !! J’ai hate mais il est vrai que partir seule et sans savoir où travailler et habiter en arrivant m’inquiète un peu. Cependant je sais que je vais m’enrichir pendant cette expérience. Avez vous qlques astuces pour pallier au manque famille+amis?
    Cordialement,
    Louise

  2. Chacha dit :

    Bonjour Louise,

    Tu dois déjà être en Australie à l’heure qu’il est ! J’espère que le début de ton voyage se passe bien et que tu n’es pas trop dépaysée ! :)
    Tu devrais pouvoir faire facilement de nouvelles connaissances dans les auberges de backpackers ! Dans quel coin de l’Australie es-tu?
    Bon voyage et profites en bien ! L’expérience vaut le coup d’être vécue ! :)

    Charlotte

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>